Les Cavaliers sont toujours aussi médiocres

Les Cavs concluront leur long passage à la maison demain contre les Pelicans, et on ne peut pas dire qu’il leur a été bénéficiaire. Le bilan sur cette série de quatre matchs à la Q est d’une victoire et trois défaites. La dernière en date, celle contre les Suns (résumé ici), fait particulièrement mal. L’équipe n’a pas su garder sa concentration et préserver son avance de 18 points acquise à l’issue des deux premiers quart temps. Au final, cette performance, en plus des matchs précédents, a montré que les Cavs n’avaient réalisé aucun progrès depuis la saison dernière.

Résultats

v. Dallas : L 102-97

Boxscore Cavs Mavs

v. Chicago : L 98-87

Boxscore Cavs Bulls 2

v. Milwaukee : W 78-93

Boxscore Cavs Bucks

v. Phoenix : L 99-90

Boxscore Cavs Suns

Observations

1- La défaite de lundi dernier contre les Mavericks peut facilement entrer dans la liste des prestations les plus frustrantes qu’ont pu livrer les Cavaliers cette saison. On a vu deux visages de l’équipe. En première mi-temps, le côté démotivé et complètement hors de rythme (score après deux quart temps : 59-37). En seconde mi-temps, les Cavs ont retrouvé leur volonté et leur intensité pour remonter ce retard de 22 points.

2- Au final, les Cavaliers se sont inclinés de la pire des manière : en n’ayant pas saisi leur chance. Ils pouvaient tenter d’égaliser à quelques secondes de la fin du match (à -3) mais Jarrett Jack aura mis plus de cinq secondes à mettre le ballon en jeu. On peut blâmer les horribles systèmes de Mike Brown. On peut aussi blâmer le manque de lucidité des joueurs. Mais surtout, le fait que les Cavs aient attendu le troisième quart temps pour se réveiller.

3- A aucun moment il n’est acceptable pour une équipe NBA de laisser D.J. Augustin prendre le meilleur sur son meneur All Star et concéder 75 points du trio Augustin-Dunleavy-Gibson. C’est impossible.

4- Le match contre les Bucks était une victoire impérative. Les Cavs sont restés sérieux et ont contrôlé le rythme du match. Pour une fois, Mike Brown a pu reposer ses titulaires durant tout le 4e quart temps. En ayant l’avantage bien sûr. Cette victoire n’a rien de spectaculaire, cela dit. On parle d’une équipe au bilan de 8-35.

5- On a vu un Kyrie Irving plus « playmaker » ces derniers temps. Après son double double très propre contre les Bucks (10 points, 10 passes, 0 pertes de balle), on peut espérer voir ce genre de performances se répéter de sa part, tout en étant aussi menaçant au scoring. Ce serait le synonyme de progrès et le signe que Irving prend une nouvelle dimension.

6- On avait évoqué son cas auparavant, Tyler Zeller devient vraiment un joueur NBA correct. Avec des minutes, il a montré qu’il pouvait assurer derrière Anderson Varejao. Sa progression fait plaisir à voir.

7- Jarrett Jack, au contraire, ne trouve pas sa place dans l’effectif. Tout comme Dion Waiters qui connait une passe difficile. L’ancien de Syracuse a connu le premier match à 0 point de sa carrière contre les Mavs et ne tire qu’à 35.4% sur ses 10 derniers matchs. Il montre encore des choses intéressantes mais c’est bien trop sporadique de sa part. Pour ce qui est du meneur, il n’a pas fait ressentir sa présence. Il ne s’agit pas de stats (qui sont très moyennes). Il a juste été mauvais et inexistant dans son rôle de supposé leader.

8- On en arrive au match contre les Suns. Encore une fois, on a vu deux visages de cette équipe des Cavs. En première mi-temps, la partition était parfaitement récitée. En deuxième mi-temps, le spectacle fût douloureux à regarder. Résumons le tout par des statistiques.

Cavs second half vs Suns

9- Mike Brown a eu quelques mots sur la défaite de la nuit dernière. Celui que l’on retiendra est « inacceptable ». C’est inacceptable pour une équipe de se satisfaire d’une avance de 18 points à la mi-temps et de jouer aussi mal par la suite. Les joueurs ont baissé leur niveau de jeu et se sont fait punir.

10- On a vu ça plusieurs fois, en particulier la saison dernière. Contre le Heat (26 points d’avance gâchés), contre les Knicks (22 poins d’avance) et cette saison à plusieurs reprises. On aimerait penser qu’ils retiendront la leçon mais cela relèverait de la désillusion.

11- Peut-être que l’arrivée de Luol Deng changera les choses. Il est bien plus expressif que Jack et se fait entendre par ses coéquipiers mais aussi des médias. Après le match contre Phoenix, il a ainsi dressé un mini bilan des choses qui n’allaient pas.

On a fait plusieurs bonnes choses mais aussi plein de mauvaises actions qui nous rappellent que nous ne sommes pas une bonne équipe. Nous devons être honnêtes avec nous mêmes. Nous devons nous rendre compte de ce qui est en jeu. Nous devons jouer avec une nécessité de gagner. Nous ne pouvons plus nous permettre d’attendre. Nous devons faire notre travail, et je m’adresse à tout le monde. Je dois prendre les choses en main lorsque ça commence à ne pas aller dans la bonne direction. C’est pour cela que je suis ici.

A un certain point, il faut se mettre à jouer pour gagner. Il faut s’énerver et en demander plus.

Je vais être honnête avec vous (les journalistes), Joakim et moi n’étions pas très gentils l’un envers l’autre sur le terrain si l’un de nous deux ne jouait pas assez dur. C’était la même chose avec Derrick (Rose). On savait qu’il ne défendait pas. Aussi bon soit-il, même lors de sa saison MVP, il ne défendait pas. On lui faisait remarquer : « Hé, tu ne défends pas là. Tu dois te bouger. »

12- Voir Deng s’exprimer de cette façon sur la situation et se montrer dur envers les joueurs est certainement bénéficiaire au jeune groupe. Il faut ce genre de discours dans une équipe pour qu’elle reste concentrée sur son objectif et qu’elle continue de s’améliorer.

13- En parlant de s’améliorer, l’arrivée de Deng a permis au Cavs d’être plus efficace dans la raquette. Ils ont vu leur pourcentage au tir dans ce secteur passer de 48.0% (pire de la ligue) à 54.9%, pile dans la moyenne de la ligue.

14- Malgré les arrivées récentes de Jack, Clark et Deng, la franchise n’avance pas. A ce rythme, les Cavaliers sont partis pour gagner 29 matchs cette saison. C’est seulement cinq victoires de plus que la saison dernière (24-58). Plusieurs questions se posent sur le vrai niveau de Kyrie, sur les compétences de Brown et l’effectif mis en place par Chris Grant.

15- L’effectif est bancal mais possède ses qualités. Comme les armes offensives à disposition. Irving, Waiters, Deng, Varejao, Thompson, Jack. On ne parle pas de l’effectif du Jazz. Pourtant, les Cavs affichent une offensive efficiency de 98.5 (sur 100 possessions). Ils sont 25e de la ligue. Cela peut s’expliquer par le manque de variantes dans les systèmes offensifs du coach qui n’arrive pas à tirer le maximum de son effectif. On parlera de cela une autre fois.

16- Irving a été nommé All Star pour la deuxième fois consécutive de sa carrière, à l’âge de 21 ans, et cette fois en tant que titulaire. Il a reçu près de 50 000 votes de plus que Chris Paul. C’est plutôt beaucoup et ça provoque les critiques. Les Cavaliers ne gagnent pas et Kyrie semble se contenter de son rôle de showman. Espérons qu’il puisse vite faire grimper ses moyennes à 50 points et 30 passes par match pour que les Cavs gagnent enfin.

Le cas Anthony Bennett

Mike Brown s’est exprimé à plusieurs reprises sur le cas Anthony Bennett. Cette semaine, il a de nouveau fait part de son envie de continuer à travailler avec son rookie plutôt que de l’envoyer en D-League. Pour le coach, c’est la meilleure façon d’apprendre. On se permettra de ne pas être d’accord avec lui.

Bennett n’a joué que cinq minutes sur ses septs derniers matchs (contre les Bucks, lorsque le match était plié). Il nous semble plus qu’évident que ce jeune homme doit aller en D-League pour se redonner confiance.

(photo : David Richard-USA TODAY Sports)