Un gigantesque Andrew Bynum maîtrise les Bulls

Avec un Andrew Bynum en forme, les Cavaliers sont une équipe complètement différente. Hier contre des Bulls certes affaiblis (sur les lignes extérieures), l’équipe de Mike Brown a montré un visage totalement différent de ces derniers jours. Dans un match dominé de bout en bout, les Cavaliers ont pu compter non seulement sur Bynum donc, mais aussi Tristan Thompson, Dion Waiters et quelques coups d’éclats de Kyrie Irving.

Bynum a signé cette nuit son meilleur match en tant que Cavalier et a guidé le reste de l’effectif vers la victoire. Le 5 de départ Irving, Miles, Gee, Thompson et Bynum a toujours dominé et s’est montré sérieux tout au long du match. Malgré une tentative de comeback des Bulls dans le quatrième quart temps, les jeunes joueurs de Mike Brown ont tenu le coup et se sont accrochés à leur avantage.

Points positifs

Les 20 points (8/14 au tir), 10 rebonds, 3 passes et 5 contres (que des records de saison, sauf aux passes) de Andrew Bynum en 30 minutes : Il n’avait jamais autant joué cette saison. En 30 minutes, le pivot au numéro 21 a complètement dominé la raquette, ridiculisant presque Joakim Noah en face.

Présent en défense et en attaque, Bynum apporte un véritable équilibre à cette équipe des Cavs qui commence enfin à s’adapter à son jeu. Sa présence au poste permet de jouer le un contre un ou bien d’ouvrir les shooteurs de l’équipe comme nous avons pu le voir cette nuit face aux Bulls. Autre signe positif : son dunk « explosif » face à la défense de Chicago.

Les 6 points (2/5 au tir), 2 rebonds, 2 passes et 2 contres de C.J. Miles : Nous savons ce que vous pensez, à première vue, rien d’extraordinaire dans cette ligne de stat. Mais l’apport de Miles sur ses 16 minutes de jeu hier va plus loin que les chiffres. Alors qu’il débutait son premier match depuis une dizaine de jours (blessure à la cuisse), l’arrière des Cavs a organisé le jeu aux côtés de Kyrie Irving et a su faire les bonnes passes et prendre les bons shoots aux meilleurs moments. Nous vous parlions des possibilités de l’attaque avec Bynum au poste bas, c’est exactement ce dont C.J. Miles a profité afin de rentrer ses deux seuls tirs à trois points du match.

Les 20 points (8/10 au tir) de Dion Waiters en 27 minutes : Il a commencé le match sur le banc, et comme lors des trois précédents matchs, Waiters a inscrit une vingtaine de points. En prenant seulement dix shoots, le nouveau sixième homme des Cavaliers a fait preuve de sérieux et de concentration, aussi bien en attaque comme en défense, bien que malmené par Deng lorsque Mike Brown le faisait jouer en 3 (soulignons d’ailleurs le sacrifice de Alonzo Gee pour donner du fil à retordre à Deng). Il bouge beaucoup mieux sans le ballon et parvient à se créer des shoots à plus haut pourcentage. Sa progression reste constante malgré toutes les critiques.

Les 14 points (4/7 au tir) et 14 rebonds de Tristan Thompson en 36 minutes : Après une série de plusieurs mauvais matchs, Thompson semble enfin s’être réconcilié avec son jeu et son association avec Andrew Bynum lui offre la possibilité de se concentrer sur son propre jeu offensif. On a vu face aux Bulls certains de ses shoots mi-distance mais aussi la grosse activité au rebond qui le caractérise. C’était du Double T classique à la Quicken Loans Arena, et ce au meilleur moment.

Points négatifs

Les 19 points (7/21 au tir), 6 passes et 2 interceptions de Kyrie Irving en 39 minutes. Le pourcentage aux tirs laisse « rêveur » : 33%. Malgré un Andrew Bynum des grands soirs, un Dion Waiters plus efficace que jamais et le retour de C.J. Miles, Irving trouve encore le moyen de se compliquer la vie. On dit que lorsqu’un joueur est confiant en ses capacités, il a tendance à trop en faire. C’est vérifiable avec Kyrie Irving qui dribble pendant trop longtemps avant de lâcher le ballon (pour un tir ou une passe) et cela met son équipe dans une situation compliquée. Exemple : Irving qui va s’enfermer dans le corner avec un spin move. Un signe positif cependant : son interception dans les dernières minutes qui lance une série de 8 points de suite des Cavs sans réponse.

Enfin, rassurez-vous, Kyrie Irving peut encore casser des chevilles. En l’occurrence hier, celles de Tony Snell.

Les 5 points (2/6 au tir) et 3 passes de Jarrett Jack en 24 minutes : Arrivé cet été de Golden State, Jack n’a pas réellement eu l’impact espéré sur le jeu des Cavaliers. Peu efficace, il a logiquement vu son temps de jeu baisser ces deux derniers matchs. En défense, il est en retard sur chaque action et commet des fautes inutiles. Ses prises de décision en attaque nous laissent également bien trop souvent perplexes. Bref, de quoi faire enrager Mike Brown qui s’est simplement contenté de laisser Irving et Waiters jouer ensemble en fin de match.

L’avance gâchée à cinq minutes de la fin : A 10 minutes de la fin du match, les Cavaliers menaient 70-82 face aux Bulls. Mais une série d’actions défensives trop laxistes vont permettre à Chicago de revenir à -3, à 6’26 de la fin du match. Finalement, les Cavs vont rester solides et ne craqueront pas, notamment grâce à de grosses actions de Andrew Bynum, décidément remarquable cette nuit, et des rebonds offensifs vitaux.

Le cas Anthony Bennett

Contre Boston et Chicago, Mike Brown a décidé de faire jouer Anthony Bennett au poste 3 (20 et 6 minutes respectivement). Pour le moment, la différence n’est pas flagrante mais on peut remarquer que la tâche défensive sera plus difficile pour lui. En effet, les ailiers NBA sont plus mobiles et rapides qu’en NCAA et Bennett aura du mal à suivre leurs mouvements en défense. En attaque, il se contente encore des shoots extérieurs qu’il prend bien trop souvent avec un mauvais timing. On a cependant vu un dunk toujours aussi puissant de sa part qui faisait plaisir à voir.

(photo David Richard-USA TODAY Sports)