Cleveland Cavaliers 2013-14 Season Preview

À l’approche du camp d’entraînement débutant à la fin du mois de septembre, il est bon de se souvenir que les Cavaliers ont affiché leurs ambitions pour la saison à venir à plusieurs reprises aux médias. Celles-ci sont claires : il s’agit de se qualifier pour les playoffs. La dernière saison a connu son lot de déceptions, mais après trois années passées à reconstruire leur effectif, les Cavaliers sont-ils enfin capables d’accomplir leur objectif ?

Saison 2012-13 :

Le mot à retenir pour la saison passée est sans aucun doute « blessure ». Anderson Varejao, parti pour une saison de All Star (14.4 points, 14.4 rebonds) s’est blessé au mois de décembre et n’a ainsi pas pu jouer une seule minute du reste de la saison 2012-13. Son apport sur le terrain était trop important pour être remplacé en cours de saison, et sa blessure a donc marqué le déclin des performances de l’équipe. Kyrie Irving, cible principale de chaque défense dressée sur le chemin des Cavaliers soir après soir, a quant à lui pris un bon nombre de coups. Résultat, il a manqué 23 des 82 matchs des Cavaliers. C’est évidemment beaucoup trop pour le franchise player d’une équipe.

Sans les deux piliers de l’équipe, l’équipe a pu assister à l’épanouissement de Dion Waiters, auteur d’un mois de février fabuleux (15.8 points à 51,4% au tir) qui l’a vu remporter le titre de meilleur rookie du mois à l’Est. Malgré plusieurs matchs où l’on a vu Waiters forcer son shoot ou sembler perdu en défense, l’ancien arrière de Syracuse a prouvé qu’il était un attaquant complet, capable de se créer son shoot mais aussi de créer pour ses coéquipiers. Parmi eux, Tyler Zeller, projeté dans le 5 majeur pour le reste de la saison suite à la blessure de Varejao, a fait tout son possible. Son association avec Tristan Thompson a été prometteuse, notamment au rebond, plaçant Cleveland dans le top 10 des équipes de la ligue au rebond offensif (12.2 rebonds offensifs par match).

Si le bilan de la franchise à la fin de la saison n’est pas flatteur, l’équipe a pu découvrir quels étaient ses points forts et quels aspects de son jeu elle devait travailler afin de franchir un palier. Il s’agissait pour les Cavaliers de construire une cohésion au sein du groupe et pour le coaching staff de développer les jeunes talents.

Saison 2013-14 :

Cette saison, Kyrie Irving n’est plus seul. Chris Grant, le GM, a fait un excellent travail tout au long de l’été et a fait les modifications nécessaires à l’effectif pour que sa franchise redevienne à nouveau compétitive. La draft puis la free agency ont permis aux Cavaliers de se renforcer à différentes positions et ajouter de la profondeur à leur banc.

Malgré un cinq projeté peu changé, composé de Kyrie Irving, Dion Waiters, Alonzo Gee, Tristan Thompson et Anderson Varejao, les options sur le banc sont considérables. On y retrouve Jarrett Jack, C.J. Miles, Sergey Karasev, Earl Clark ou encore le premier choix de la draft 2013, Anthony Bennett. Avec ces différentes possibilités offertes à Mike Brown ainsi qu’à son staff, les Cavaliers sont capables d’aligner des cinq variés et spéciaux tant les joueurs qui les composent sont polyvalents :

Si Mike Brown souhaite enchaîner les stops défensifs et étouffer l’attaque adverse, il peut envoyer un cinq comme celui-ci : Jarrett Jack – Dion Waiters – Earl Clark – Tristan Thompson – Anderson Varejao. Voici là un cinq expérimenté, présent au rebond, athlétique et composé de joueurs capables de défendre sur plusieurs positions. Changer le marquage d’un joueur après un écran ne serait pas un problème, le désavantage de taille ou de vitesse ne devrait pas affecter la défense mise en place par les Cavaliers.

Si Mike Brown souhaite que son équipe joue à un rythme rapide et mette la pression sur la défense adverse, il peut lancer le cinq suivant : Kyrie Irving – Jarrett Jack – C.J.Miles (ou Sergey Karasev, Earl Clark) – Anthony Bennett – Anderson Varejao (ou Tristan Thompson).  Avec ces joueurs sur le parquet, le coach dispose de joueurs polyvalents en attaque. Le duo Irving-Jack est capable d’alterner le jeu en catch and shoot, le pick and roll avec les intérieurs ou encore l’isolation après un pick and roll. Avec Miles (ou Karasev, Clark), les Cavaliers disposeraient d’une menace extérieure, permettant d’étirer la défense adverse. Enfin, le duo d’intérieurs Bennett-Varejao (ou Thompson) pourrait non seulement batailler pour attraper les rebonds, mais aussi alterner la menace intérieure et extérieure, à mi-distance. Il s’agit là d’être imprévisible et de profiter des différentes armes offensives de l’effectif.

Ces deux cinq projetés ne restent bien évidemment que des suppositions mais pourraient représenter une solution valable pour Mike Brown si son équipe se retrouvait dans une situation particulière.  L’effectif des Cavaliers est plein de ressources et peut s’adapter au jeu de l’équipe adverse mais est aussi capable de jouer à son propre rythme.

Le joueur à surveiller : Dion Waiters

Lors de son année rookie, Waiters a impressionné par sa capacité à trouver un moyen de scorer et par son explosivité. Seulement voilà, il faut aussi être efficace. Affichant un 41,2% au tir la saison dernière, il s’est particulièrement concentré sur son shoot en sortie d’écran mais aussi après un dribble.  Arrivé de Syracuse avec la réputation d’être un bon défenseur, mais profitant de l’efficacité de la zone mise en place, Waiters a déçu, voire même choqué en défense.

Son éthique de travail a souvent été remise en question, notamment à cause de son apparence « grasse ». Cependant cet été, Dion Waiters a passé son temps à travailler avec le renommé coach Ellis, comme nous le prouvent ses vidéos postées sur internet.

Il sera intéressant de voir comment Dion Waiters profitera des armes à sa disposition et s’il confirmera les espoirs placés en son duo avec Kyrie Irving. En effet, en ne sélectionnant pas Ben McLemore ou Victor Oladipo avec le premier choix de la dernière draft, l’équipe a par la même occasion réitéré sa confiance envers l’ancien arrière de Syracuse, lui prouvant ainsi qu’elle comptait sur lui pour compléter le jeu du meneur All-Star.

Le Joker : Andrew Bynum

Le pivot de 25 ans continue de s’entraîner avec les médecins de la franchise mais pourrait manquer le début de la saison. Il n’est pas pour autant indispensable aux Cavaliers. En effet, avec Varejao et Zeller en tant que pivots, plus Thompson qui sera amené à se décaler au poste 5 pour être associé à Bennett, l’effectif peut parfaitement fonctionner sans le numéro 21 de l’équipe.

Cependant, s’il était amené à revenir dans un état de forme respectable, Bynum serait un gros plus pour les Cavaliers. Son expérience malgré son jeune âge et sa technique en attaque apporteraient une menace offensive supplémentaire. Sa présence défensive n’est pas négligeable non plus, et transformerait même l’identité défensive de la franchise comme le souhaite Mike Brown.

Il est important de rappeler ce que démontrent les termes du contrat signé par Bynum : contrairement aux Sixers, les Cavaliers n’attendent pas de lui qu’il incarne le futur de l’équipe mais plutôt qu’il s’adapte et se fonde dans le système déjà mis en place.

Pronostics : 

Amir : 42v et 40d – Léo : 43v et 39d – Titouan : 45v et 37d