Draft NBA : les options des Cavaliers

L’inconvénient de faire les Playoffs, c’est de ne plus pouvoir sélectionner en première position lors de la Draft NBA. Cette année, les Cavaliers devront se contenter du 24e et du 53e choix de la draft.

De par leur situation sportive et leur position dans le tableau, les Cavaliers devront être très exigeants avec le type de profil qu’ils souhaiteront prendre le 25 juin. Leur projet de reconstruction étant terminé, il leur faudra un joueur pouvant contribuer dès sa première année, et non un talent à développer sur plusieurs saisons.

Au fil de la saison, les blessures se sont accumulées pour Cleveland et la faiblesse de l’effectif s’est révélée. En effet, quasiment un tiers de l’équipe était composé de vétérans injouables, dépassés physiquement. Avec la draft, les Cavaliers peuvent commencer à remédier à ce problème.

Dans le système de Cleveland, trois besoins essentiels se dégagent : du tir extérieur, de la défense sur les ailes et de la protection à l’intérieur. Avec les départs de Shawn Marion et possiblement Kendrick Perkins, ainsi qu’avec des moyens salariaux limités, David Griffin devra revigorer la rotation de son coach en passant par la draft.

Cela commence aussi par Joe Harris, sélectionné en début de second tour l’an dernier et seul rookie ayant terminé la saison avec les Cavs. Au cours de ces 12 derniers mois, Harris semble avoir convaincu le training staff grâce à ses aptitudes de shooteur et pourrait recevoir des minutes régulières dès la saison prochaine.

Cela dit, l’équipe a d’autres besoin. Sans plus tarder, jetons un œil aux options qui se présentent aux Cavaliers pour la draft 2015.

Rondae Hollis-Jefferson, 20 ans, ailier

Mesuré à 2m01 avec une envergure de 2m13, RHJ apparaît comme le prototype de l’ailier défensif. En effet, grâce à sa combinaison de vitesse, force et puissance, il semble pouvoir tenir face à n’importe quel adversaire extérieur opposé à lui. Cette saison à Arizona, il interceptait 1.2 ballons et contrait 0.8 tirs de moyenne en 28.7 minutes.

Sa qualité principale ferait de lui l’un des meilleurs défenseurs de l’effectif des Cavaliers et un probable futur membre des meilleures équipes défensives en NBA si un temps de jeu approprié lui était accordé.

Seul (et gros) problème, sa production offensive et plus particulièrement son shoot. Pour pouvoir jouer aux côtés de LeBron James et Kyrie Irving, il faut savoir réceptionner le ballon à la suite de leur pénétration pour shooter. La saison dernière, Hollis-Jefferson n’a réussi que six de ses 29 tentatives à trois points (20.7%) et seulement 36.3% de ses shoots extérieurs. L’ailier de 20 ans est plus à l’aise dans le jeu en transition, où il peut se reposer sur ses qualités athlétiques.

Du point de vue des Cavaliers, l’idée de drafter Rondae Hollis-Jefferson leur a sûrement traversé l’esprit. Grossièrement, son profil fait penser à celui de Michael Kidd-Gilchrist, car il possède comme lui les atouts d’un réel stoppeur. Cependant, son manque de production offensive et sa mécanique de tir bancale pourrait empêcher David Griffin de le sélectionner.

Kelly Oubre, 19 ans, ailier

Annoncé aux alentours de la 15e position par quelques mock drafts, on ne peut s’empêcher de rêver de ce joueur aux Cavaliers. Comme RHJ, Oubre est mesuré à 2m01, mais avec une longueur de bras légèrement plus grande à 2m15. Le potentiel de stoppeur est également présent puisque Kelly Oubre offre une combinaison de rapidité, d’envergure mais également de lucidité car il lit très bien le jeu défensivement.

Contrairement à Hollis-Jefferson, Oubre présente des capacités de shooteurs et une mécanique fluide qui laisse penser qu’un potentiel de 3&D pourrait se révéler à l’avenir. Avec Kansas, il rentrait en moyenne 36% de ses tentatives à trois points. Cela dit, son équipe lui demandait d’endosser des responsabilités importantes au sein de l’attaque.

Avec Cleveland, il se pourrait bien que Kelly Oubre ne joue que sur ses avantages : la défense et le tir extérieur. En tant que remplaçant et dans des combinaisons de small ball avec LeBron James au poste 4 et Tristan Thompson au poste 5, Oubre pourrait réellement offrir de nombreuses options aux Cavaliers.

C’est sûrement pour cela que de nombreuses équipes se montrent intéressées par son profil et qu’il sera probablement parti avant le 24e choix.

Jarell Martin, 21 ans, ailier/ailier fort

Martin est annoncé aux alentours du 25e choix par de nombreuses mock drafts et possède des qualités de scoreur certaines. Mais son manque de régularité au tir, son manque de lucidité au tir et sa faible présence au rebond font de lui un joueur probablement indésirable à Cleveland.

Et puis… « ailier ou ailier fort » ? Si la question se pose, cela ne veut dire qu’une chose : TWEENER ALERT.

Justin Anderson, 21 ans, ailier

Nous arrivons enfin à l’option la plus probable. Annoncé au 27e choix, Anderson semble être la meilleure option pour Cleveland. Il combine une très bonne mobilité, de long bras (2m10) avec un corps assez fort pour défendre sur de réel postes 3 mais surtout, un shoot régulier.

Au cours de ses deux premières saison à Virginia, Anderson ne rentrait que 30% de ses tirs à trois points. La saison dernières, il a réussi 47 de ses 104 tentatives derrière l’arc, pour un excellent 45.2%. Cette progression est due à une restructure de son shoot, en commençant par le positonnement de ses pieds à sa libération du ballon avec les mains.

En faisant partie du programme NCAA des Cavaliers à Virginia (le même que Joe Harris), Justin Anderson est devenu un joueur très discipliné, connaissant ses forces et ses faiblesses. Il fait peu de création avec le dribble et se contente de shooter et défendre avec sérieux. La définition même du 3&D.

Son profil correspond parfaitement aux besoins actuels des équipes NBA sur les postes extérieurs. Anderson pourrait être un bon atout au sein de la rotation de Cleveland la saison prochaine si Griffin décidait de le sélectionner.

Rakeem Christmas, 23 ans, ailier fort/pivot

Il a fallu descendre relativement bas afin de trouver un intérieur capable de servir aux Cavaliers dans cette draft. Après avoir examiné un bon nombre d’ailiers à fort potentiel, voici un intérieur défensif, potentiellement capable de relayer Timofey Mozgov et Tristan Thompson dans la protection du panier.

Mesuré à 2m08 avec une envergure impressionnante de 2m25, Christmas est vu par de nombreux scouts comme une future doublure très solide au poste de pivot. Défensivement, il a les capacités de protéger le panier avec régularité. Lors de sa dernière saison avec Syracuse, Rakeem Christmas a contré 2.5 tirs en 34 minutes de moyenne par match.

Autre attribut recherché en un pivot : ses aptitudes au rebond. Christmas possède la longueur de bras mais également les instincts d’un bon rebondeur. Avec Syracuse, il prenait en moyenne 9.0 rebonds par match, dont 3.1 offensifs. Malgré son jeu offensif (très) limité, sa présence au rebond en attaque fait de lui un atout important pour son équipe.

Au-delà de ses capacités athlétiques, Christmas présente des faiblesses dans sa volonté à défendre et laisse trop souvent l’avantage à son joueur au poste. Son manque de lucidité défensive lui coûtera en NBA, et coûtera à son équipe quelques points ainsi que quelque fautes. Avec un encadrement approprié, sera-t-il capable de devenir un joueur de rotation compétent ?

Robert Upshaw, 21 ans, pivot

Mesuré à 2m13, pesé à 117 kilos, avec une envergure de 2m25. En voilà un beau bébé. Durant sa dernière saison en NCAA, Upshaw ne produisait pas moins de 10.9 points par match, 8.2 rebonds et 4.5 contres de moyenne.

Il suffit de regarder ces statistiques pour comprendre que Robert Upshaw a le potentiel d’un monstre défensif. Il protège le panier mieux que quiconque dans cette cuvée et possède de très bonnes capacités athlétiques pour un intérieur de sa taille.

Alors pourquoi ne le mentionner que maintenant ? Tout simplement parce qu’il s’est fait viré de son équipe lors de la saison 2012-13 à Fresno State, puis en 2015 par son coach à Washington en janvier dernier.

Les problèmes de caractères posent (logiquement) problème à la majorité des équipes au moment de faire un choix au sujet d’un joueur. Pour Upshaw, la décision de se présenter à la draft malgré deux expulsions est logique. Il est assez talentueux pour qu’une équipe prenne le risque de le sélectionner. Cleveland possède un bon encadrement pour Robert Upshaw, mais oseront-ils le sélectionner à la draft ?

Un échange ?

Comme mentionné en début d’article, les Cavaliers ont besoin de joueurs capables de contribuer d’entrée. Si aucun profil ne leur plait le soir de la draft, David Griffin n’hésitera pas à échanger son choix afin de récupérer un joueur plus expérimenté.

Avec le contrat de Brendan Haywood et un bel assortiment de tour de draft, les Cavaliers sont capables de sortir un trade qui leur serait bien utile. Cela dit, existe-t-il un joueur dans la ligue combinant le profil recherché ainsi que le bon contrat pour réussir un tel échange ?

Les Clippers se présentent comme un bon candidat. Ils ont récemment acquis Lance Stephenson dans le cadre d’un échange avec les Hornets. Cela fait de l’avenir de Jamal Crawford à Los Angeles un mystère.

Puisque les Cavaliers souhaitent ajouter de la création à leur banc, et que les Clippers souhaitent récupérer un choix de draft pour cette année, ce trade serait relativement logique. Seul problème, les salaires ne correspondent pas ($5.67M pour Crawford, $2,2M pour Haywood, puis $10.5M)

O.J. Mayo serait également un nom à considérer. Les Bucks ont récemment échangé Ersan Ilyasova afin de dégager de la masse salariale. Ils pourraient faire de même en récupérant le contrat de Brendan Haywood et ensuite le couper. Mayo sera une arme offensive supplémentaire à l’effectif de Cleveland, mais pas forcément l’idéale.

Quoique David Griffin fasse le 25 juin, on peut-être certain qu’il y aura réfléchi à de nombreuses reprises avant.

(Draft Express a fourni la majorité des informations présentes dans l’article)