David Griffin souhaite conserver son groupe, mais à quel prix ?

Fin de saison oblige, le GM David Griffin s’est adressé aux médias afin de dresser un bilan de la saison des Cavaliers. Il en a profité pour évoquer les prochains mouvements de la franchise cet été.

L’idée générale pour Griffin serait de faire revenir le même noyau dur la saison prochaine et de l’entourer de jeunes pièces dynamiques. Logique, en considérant le fait que les Cavaliers n’ont manqué le titre que de deux victoires au cours de leur première saison avec le Big Three.

Ce ne sera pas une tâche aisée pour la direction de Cleveland, puisque pas moins de huit joueurs pourront tester le marché dès cet été. Trois d’entre eux, LeBron James, Kevin Love et J.R. Smith, ont déjà prévu de faire l’impasse sur leur player option pour devenir agent libre dans quelques semaines. Mike Miller, lui, devrait être le seul à activer son option de joueur ($2.9 millions) pour la saison prochaine.

Pour des raisons financières évidentes, Griffin s’attendait à ce que de telles décisions soient prises par ces trois joueurs particuliers. En effet, avec l’augmentation prévue du salary cap dans les prochaines années, il est naturel pour les joueurs de vouloir garder la main dans des futures négociations.

On peut donc s’attendre à ce que les joueurs, à Cleveland comme dans le reste de la ligue, se mettent à signer des contrats de courte durée en attendant ce bond de quelques millions de dollars.

David Griffin reste cependant confiant sur le fait que ses stars resteront à Cleveland.

« Je pense que quiconque possède le choix de opter pour la free agency le fera, mais je pense aussi que nous avons mis en place un environnement et une culture dont ces joueurs voudront de nouveau faire partie. » déclare Griffin.

« Je n’ai aucune raison de penser qu’ils ne voudront pas revenir, pour être honnête. »

Les dates limites pour informer la franchise de sa décision dépend des termes du contrat du joueur concerné. Pour Smith, ce sera le 24 juin, pour Love le 25 et pour James le 29. Selon le Plain Dealer, David Griffin n’est pas encore au courant des choix de ses joueurs. Une fois ces dates dépassées, les joueurs seront agents libres non restreints.

Tristan Thompson, Iman Shumpert et Matthew Dellavedova seront agents libres restreints. Les Cavaliers ont décidé d’activer l’option inclue dans leur contrat rookie, ce qui leur permettra de s’aligner sur n’importe quelle offre formulée à ces trois joueurs.

La progression fulgurante de Thompson coûtera cher à la franchise. Il avait déjà refusé une offre de $52 millions sur quatre ans en début de saison, selon plusieurs sources. Il est fort possible que ses prestations, sa relation avec LeBron ainsi que son agent Rich Paul lui donnent raison. Dans un scénario où les Cavaliers sont prêts à tout donner à Tristan Thompson, le montant annuel maximum de son contrat se situerait aux alentours de $15.7 millions.

Shumpert est dans une situation particulière, car son profil et son relatif jeune âge font de lui un profil recherché dans la ligue. Il pourrait bien attendre de voir plusieurs offres lui être formulées afin de faire monter les prix. Dellavedova, quant à lui, a peut-être fait monter sa valeur de quelques centaines de milliers de dollars au cours des Playoffs 2014.

Financièrement, les Cavaliers seront capables de garder leurs joueurs. Le prix à payer sera simplement très haut. Différentes estimations placent actuellement les Cavs à $27 millions au-dessus du salary cap ($67.1 millions) et leur masse salariale supérieure à la luxury tax ($81.6 millions) de $12.5 millions, plus gros montant de la ligue devant les Nets et les Clippers.

Cavs salary cap

(via Spotrac.com)

La saison prochaine, le montant total pourrait s’élever à près de $200 millions (masse salariale aux alentours de $120M, taxes à environ $80M). C’est une somme que Dan Gilbert paiera volontiers vu la qualité de son effectif. La pression que James met sur lui avec ses contrats négociés sur le court terme ne lui laisse pas d’autre choix non plus.

En revenant à Cleveland, James a envoyé un message fort à son front office. Il leur fera confiance pour payer le montant nécessaire afin de l’entourer de manière appropriée pour ne pas gâcher les prochaines années qui lui reste à son meilleur niveau. Il gardera également l’avantage dans les négociations en conservant le droit de devenir free agent à la fin de chaque saison.

C’est aussi bien un moyen de pression sur les Cavaliers qu’une décision de businessman. En agissant ainsi, il s’autorise à signer des contrats de courte durée de plus en plus en plus lucratifs.

Ajoutons à cela le fait que Kevin Love demandera le maximum cet été ou l’été prochain, et on se retrouve avec trois contrats à plus de $18 millions à Cleveland (celui de Irving sera effectif à partir de 2015-16).

Dans une telle situation, il est difficile de voir les Cavaliers capables de se renforcer d’avantage en ajoutant des joueurs de gros calibre. Pourtant, David Griffin souhaite encore apporter quelques modifications à son effectif. Pour cela, il disposera des contrats rookies, des contrats minimums, et du fameux contrat de Brendan Haywood.

Nous avons de la chance d’être soutenu par un tel groupe de propriétaires, prêts à dépenser pour nous aider à améliorer l’équipe. Le seul soucis que nous aurons désormais concerne l’aspect sportif.

L’été dernier, nous souhaitions entourer nos jeunes joueurs talentueux de vétérans qui savent gagner et nous avons accompli cela. Les additions de Mike (Miller), Shawn (Marion) et James (Jones) n’étaient pas vaines.

Désormais, j’aimerais ajouter de jeunes créateurs à notre banc. Nous aurons des places libres dans l’effectif et nous aimerions obtenir des joueurs aux alentours des 26 à 30 ans si possible. Peut-être au sommet de leur carrière.

Avec la présence de Irving et James, il est vrai que la qualité de la création du jeu ne manque pas. Mais retirez une de ces pièces, et l’équipe se retrouve déboussolée. Griffin l’a remarqué lors des finales NBA.

« Je pense que vers la fin, nous en avons trop demandé de LeBron offensivement. Il était le seul playmaker de l’équipe sans ses deux autres coéquipiers. » commence Griffin.

« Nous avons beaucoup appris lors de cette campagne en Playoffs. Ce que l’on a vu de la part de Golden State, et qui a été très difficile à gérer, concernait leur polyvalence et leur talent à la création. Plus vous avez de créateurs, plus votre jeu est facilité.  C’est quelque chose que nous voulons apporter à l’équipe. »

Cela étant dit, David Griffin ne regrette pas la manière dont il a construit son équipe. Selon ses propres mots, cette saison a été « monumentale ». Il n’a pas tort.

En l’espace de quelques mois, il a fait des Cavaliers un prétendant au titre. Il a réussi à entourer LeBron James de la meilleure manière possible et si la malchance n’était pas intervenue, le ton de sa conférence de presse aurait pu être bien différent.

Le jeune GM a pris le temps de rappeler que depuis le 15 janvier, le jour où la saison a véritablement débuté après une partie de bowling, les Cavaliers possèdent un bilan de 33 victoires pour trois défaites avec leur Big Three.

Griffin compte donc bâtir sur de très solides fondations et entourer son noyau dur avec les pièces les plus complémentaires possibles. Cela sera-t-il possible ? Difficile à dire vu le manque de flexibilité des Cavaliers.

Cependant, il faut se rappeler que David Griffin souhaitait ajouter un pivot protecteur à l’effectif l’an dernier et qu’aujourd’hui, Timofey Mozgov sort d’une brillante finale NBA.

Griffin souhaitait également entourer ses stars de shooteurs et d’ailiers athlétiques. James Jones ainsi que J.R. Smith et Iman Shumpert ont tous les trois grandement contribué au succès de l’équipe jusqu’à présent.

David Blatt et lui travaillent sur la même longueur d’onde. Ils voient leurs joueurs et les besoins de leur équipe de la même manière. Ils savent que la saison prochaine pourrait être la bonne.

« Nous avons un groupe qui a le potentiel d’être spécial. » conclut Griffin.