Les Spurs l’emportent dans les dernières secondes (92-90)

Sortants d’une défaite regrettable face aux Nuggets, les Cavaliers enchaînaient un jour après face aux champions en titre, les Spurs. ESPN a fait le déplacement pour couvrir le match, ou plutôt LeBron James. On pouvait s’attendre à une opposition de haut niveau à l’occasion de la première rencontre entre ces deux équipes cette saison.

Avant le match, James précisait qu’il ne voyait pas les Spurs comme des rivaux, mais qu’il avait le plus grand des respects pour eux. Selon lui, les Cavaliers sont encore bien trop loin du niveau des hommes de Gregg Popovich.

Très tôt dans le match, les failles dans la défense des Cavaliers se font remarquer par la précision des passes de leurs adversaires. Les paniers faciles à l’intérieur s’accumulent, mais comme souvent cette saison, c’est de l’autre côté du terrain que l’attention des joueurs se porte. James et Anderson Varejao se relaient au scoring, avant que Joe Harris ne rentre un tir à trois points avant la fin du premier quart temps.

A la création, Kyrie Irving et Dion Waiters assurent en l’absence de LeBron. Ils répondent bien aux Spurs, qui continuent de développer leur basketball. Un léger problème se fait remarquer : la défense sur pick and roll est très mauvaise. Les intérieurs tentent de suivre les arrières adverses au lieu de revenir sur leur joueur, causant des désavantages de taille, voire laissant des joueurs ouverts dans la raquette.

Ce second quart temps, c’est également l’opportunité d’apprécier le jeu sans ballon de Boris Diaw et de Varejao. Les deux sont de très bons passeurs, mais se sont illustrés en début de rencontre par leur disponibilité dans le jeu offensif. La défense des Cavs se resserre, mais ils bénéficient grandement du manque d’adresse de leurs adversaires pour mener à la mi-temps 47-44. LeBron a joué 16 minutes sur 24 possibles, c’est un ajustement notable dans la rotation du coach.

Le troisième quart temps débute mieux pour Kevin Love, qui bénéficie des touchers nécessaires à l’intérieur pour se mettre en confiance. Le plan de jeu des Spurs visant à verrouiller la raquette fonctionne à merveille et force quelques mauvaises possessions offensives des Cavs. Défensivement, il y a du relâchement. Tim Duncan continue de se faire plaisir à l’intérieur et compile 15 points. Les Spurs déjà sur le rythme continuent de dérouler sous les yeux de Cleveland, incapable de réagir. A la fin du troisième quart temps, ils mènent 72 à 69.

Excellent en défense, mais silencieux jusqu’à présent en attaque, Irving tente de déclencher un comeback à lui seul avec un tir à trois point venu de nulle part. Les deux équipes continueront de se renvoyer coup pour coup, malgré des défenses disciplinées. A quatre minutes de la fin, c’est Varejao qui se montre à nouveau. Il enchaîne les layups pour redonner l’avantage aux siens. Les séquences défensives sont de plus en plus satisfaisantes, notamment en un contre un au poste.

Harris se voit une nouvelle fois attribuer des minutes en fin de match, renforçant l’idée qu’on se fait depuis quelques jours : il devrait bientôt débuter au poste d’arrière.

Avec une minute à jouer, les Spurs mènent d’un point, mais le duo James-Varejao rend les choses intéressantes. Les Cavaliers ne sont plus qu’à un point, à 89-88, mais le système dessiné par Blatt échoue. Manu Ginobili, discret jusqu’à présent, en profitera pour marquer un layup. Irving marquera deux lancers quelques instants après. Avec 10 secondes à jouer, les Spurs ne menaient que d’un point.

Ginobili manquera son deuxième lancer, portant le score à 92-90 et laissant une dernière chance aux Cavaliers d’égaliser. Malheureusement, dans la précipitation, James perd son dribble, et dans le même temps le match. Cela conclura une nuit très moyenne pour lui, mais finalement avec de bons points positifs pour l’équipe.

Le ballon bougeait mieux en attaque, et ce pendant la majorité du match. La défense des arrières était satisfaisante, leur présence s’est fait sentir. David Blatt peut se réjouir de l’effort qui était généralement plus soutenu. Après 10 rencontres jouées, les Cavaliers affichent un bilan de cinq victoires et cinq défaites. Pas l’idéal, mais pas catastrophique.

On pourra se consoler avec cette danse de Andy, excellent tout au long du match avec 23 points et 11 rebonds.

Boxscore

Boxscore Cavs Spurs