Le Big Three prend le contrôle face aux Pelicans (111-118)

Les Cavaliers empochent leur première victoire à domicile de la saison, au terme d’une rencontre intense face aux Pelicans. Auteurs d’un mauvais début de match, ils ont complètement renversé la tendance en seconde mi-temps, portés par le Big Three.

Kyrie Irving, LeBron James et Kevin Love ont combiné pour un total de 86 points, 22 rebonds et 21 passes à 27 sur 51 au tir (52.9%). Le surplus d’armes offensives a eu raison de l’adversaire du soir, malgré un Ryan Anderson en feu, à 32 points (8-12 à trois points). La défense des Cavaliers leur a encore fait défaut, comme peuvent en témoigner les 111 points encaissés.

Certains ajustements de David Blatt ont été décisifs, comme la décision de faire jouer Joe Harris dans le quatrième quart temps. Le rookie a été excellent tout au long de la rencontre, malgré sa mauvaise adresse extérieure. Bien meilleur défensivement que Mike Miller, il pourrait bientôt bénéficier d’un temps de jeu régulier.

LeBron James a enregistré son 38e triple double en carrière (saison régulière), avec une performance plus que convaincante : 32 points, 12 rebonds et 10 passes. Avec beaucoup plus d’envie et d’énergie, il a pris le contrôle du match dès le troisième quart temps, en marquant neuf points de suite pour permettre aux siens de revenir dans le match. Sa seconde mi-temps en statistique est impressionnante : 22 points, 5 rebonds et 5 passes. Il a aussi retrouvé un peu de son explosivité.

Kyrie Irving a lui aussi été décisif. Il a joué le rôle du meneur « classique » en première mi-temps, faisant circuler le ballon, cherchant des tirs pour ses coéquipiers en première intention. Voyant que les Cavs avaient besoin d’une étincelle, il a enchaîné 13 points successifs en fin de troisième quart temps pour donner l’avantage aux siens et relayer James. En plus de cela, il ajoute neuf passes décisives, pour seulement une perte de balle. Pas mal, pour un « arrière coincé dans la peau d’un meneur ».

Kevin Love s’est fait discret, mais a lui aussi relevé la tête en seconde mi-temps. Quelques bons passages en défense sur Anthony Davis se sont fait remarqués, mais c’est son tir longue distance qui a délivré les Cavaliers. Il a enchaîné deux bombes longue distance en plein quatrième quart temps alors que les Pelicans tentaient de rendre les dernières minutes du match intrigantes.

Tristan Thompson a eu un gros impact défensif en second mi-temps. Avec deux contres, mais également des rebonds défensifs au-dessus de la paire Davis-Omer Asik, il a montré qu’il méritait pleinement ses 25 minutes de jeu (et probablement un nouveau contrat cet été). Anderson Varejao mérite d’être mentionné dans les points positifs, pour son travail en première mi-temps. Sans lui, les Cavaliers n’auraient pas eu la moindre chance de se rapprocher à moins de cinq points en première mi-temps.

Joe Harris a su combler le vide laissé par la blessure de Delly, d’une manière assez inexplicable. Très propre en attaque, sérieux en défense, il ne s’est pas laissé impressionné par la vitesse et l’intensité du match. Une bien meilleure carrière à Cleveland que Sergey Karasev jusqu’à présent. Will Cherry a également joué quelques minutes. Il a contribué avec un layup en contre attaque. Rien à signaler de son côté.

L’histoire de ce match, c’est donc la première grosse explosion du Big Three. Ils ont renversé les Pelicans par leur jeu offensif. On peut s’attendre à d’autres coups d’éclat de ce genre par la suite. Le jeu offensif reste toutefois basé sur l’isolation, mais la fluidité viendra avec le temps. Le manque d’attention en défense peut en revanche en inquiéter certains.

En attendant, CAVS WIN.

Boxscore

Boxscore Cavs Pelicans