Il faut conserver Andrew Wiggins

Les négociations entre les Cavaliers et les Wolves semblent s’être intensifiées au cours des derniers jours, et de nombreuses rumeurs font de Andrew Wiggins la pièce centrale de l’échange. LeBron James aurait même exprimé son désir de jouer avec Kevin Love, selon certaines sources. L’idée d’avoir trois All Stars réunis dans la même équipe est certes intéressante, mais ce ne serait pas le meilleur choix à faire.

Avant de commencer, il est essentiel de préciser que la situation des Cavaliers n’a jamais été aussi avantageuse aujourd’hui qu’auparavant. Sportivement, ils sont dans la meilleure situation de leur histoire. LeBron James, quadruple MVP et double champion revient dans sa franchise, Kyrie Irving est un double All Star à l’âge de 22 ans et le reste de l’effectif est plein de promesse et de talent.

Lorsque l’on se demande si Andrew Wiggins devrait débuter devant Dion Waiters, ou si Anthony Bennett mérite d’être titulaire à la place de Tristan Thompson c’est qu’il y a déjà du talent dans la franchise. Cela devient plus évident lorsque l’on se demande quelle équipe ferait gagner le plus de matchs à Cleveland et laquelle compléterait le mieux Irving et James. Celle composée de Kevin Love ou du premier choix de la draft 2014 ?

Ne nions pas les faits. Kevin Love est probablement dans le top 15 des meilleurs joueurs de la ligue actuellement. Un ailier fort complet qui apporte 25 points, 12 rebonds et 4 passes par match en moyenne. Love ferait des Cavaliers une force redoutable en attaque, et certainement un prétendant au titre pour les quelques années à suivre.

Il a sa propre manière de dominer. De telles statistiques alignées par un seul joueur, ça n’est pas négligeable. Tout comme ses 19 tentatives de tir par match. Aux côtés de Irving et LeBron, ces chiffres vont baisser. Sa contribution restera très bonne, sûrement aux alentours des 19 points et 10 rebonds, mais que faire de la défense ? Que faire en cas de baisse de régime de LeBron James. Love n’a jamais prouvé qu’il pouvait porter une franchise.

Que se passe-t-il lorsque les équipes adverses se mettent à exécuter le pick and roll et que Love se perd ? Que faire lorsque Kevin Durant balade LeBron James, épuisé de son passage en attaque ? Kevin Love ne défendra pas sur Durant, mais il prendra bien un autre tir à trois points par la suite.

Le talent offensif sera certain, mais on ne peut pas en dire de même pour la défense. Regardons l’effectif des Cavs. Quel joueur fait de la défense une priorité ? Qui possède le potentiel de stopper un extérieur dangereux et de l’isoler lors d’une rencontre de Playoffs ? Carrick Felix ? Soyons raisonnables.

Avec Andrew Wiggins, ces quelques années passées à jouer le titre pourraient se transformer en décennie. Wiggins arrive dans un jeune groupe qui ne demande qu’à accumuler de l’expérience et exploser par la suite. Il possède le potentiel pour être l’un des meilleurs défenseurs de la ligue et formerait avec LeBron James un duo impossible à maîtriser. Il pourrait être, à l’avenir, un meilleur partenaire que Dwyane Wade sur certains points. Notamment la défense, mais également lorsqu’il s’agit d’accélérer le rythme et de prendre la défense de vitesse en contre attaque.

Les capacités actuelles de l’ailier canadien, ainsi que son potentiel en tant que joueur, permettraient d’enlever un poids des épaules de LeBron. A l’âge de 29 ans, il se rendra bientôt compte que ses capacités athlétiques vont vite décliner. L’ancien numéro 6 de Miami atteindra bientôt les 40 000 minutes jouées en carrière. C’est énorme. Il est l’un des joueurs les plus rapides de l’histoire à atteindre ce nombre. Et ça ne fera qu’influencer sur son déclin physique. Dans deux à trois ans, il faudra qu’il s’économise, qu’il réarrange son jeu. Fini les trois alley oops explosifs par match, fini la responsabilité de défendre sur l’extérieur rapide et agile de l’adversaire.

C’est exactement là que Wiggins intervient. Lui, peut prendre en charge ce genre de responsabilité. Il peut soulager LeBron de ces tâches et lui permettre de se concentrer pleinement sur la création et l’organisation de l’attaque. Celui qu’on appelait le « nouveau LeBron » (à juste titre cette fois) peut apprendre de LeBron lui-même. Il peut pleinement s’épanouir et apprendre du futur Hall Of Famer. Existe-t-il une meilleure manière de commencer sa carrière en NBA ?

Wiggins est un monstre athlétique, mais au contraire des joueurs de ce type sortant de l’université, il sait s’en servir. Il se met au service de l’équipe, se sacrifie en défense, provoque la faute de l’adversaire en lui mettant la pression en défense. Il coupe dans la défense comme LeBron le faisait durant ses jeunes années à Cleveland, il galope en transition pour un panier facile. ll offre une source d’énergie que son futur mentor ne pourra offrir à l’avenir.

En considérant cela, son potentiel ne se limite pas à son physique. Il a des moments de grandeur, des moments dominants, où il prend le contrôle du match, sans pour autant marquer 50 points. C’est là que repose son talent. S’il parvient à développer son jeu offensif, son impact sur le jeu ne sera que plus grand.

Il est juste de dire qu’aujourd’hui, Wiggins est un « à polir », qu’il n’est pas encore au point. Cependant, dire qu’il sera prêt « dans trois, quatre ans » et « qu’il fait perdre du temps à la franchise » relève de la folie. Le potentiel est clairement visible, les possibilités sont infinies pour l’exploiter. Tous les GMs sont unanimes : c’est une future star.

Pour faire fonctionner un tel échange, de toute manière, il faudra trouver une compensation pour le contrat de la star des Wolves. A près de $16 millions de dollars, son contrat ne pourra être échangé à Cleveland contre Wiggins seul. Il faudra céder d’autres pièces. Et ces autres pièces ne feraient que créer des trous et des manques au sein de l’équipe.

Cela nous amène à l’autre côté de cette histoire Love. Il ne veut pas rester à Minnesota. Cela tombe bien pour les deux camps, puisqu’il sera free agent en 2015. Les Wolves refusent catégoriquement toute proposition n’incluant pas Klay Thompson ou Andrew Wiggins. Il semblerait, de l’extérieur, que ce soit une stratégie pour gagner du temps. Du temps pour prouver que les Timberwolves peuvent faire les Playoffs ? Ils ne sont clairement pas à leur avantage en attendant, puisqu’ils risquent de perdre leur star dès l’an prochain, sans rien recevoir en retour.

Maintenant, l’aspect financier de cette affaire. Bien sûr, monter un trio composé de Kyrie Irvig, LeBron James et Kevin Love est attirant à court terme. Mais retenons que Kevin Love n’est plus sous contrat en 2015. Une prolongation (au max) est donc à envisager, ce qui amènerait les Cavs à payer trois contrats au maximum en 2015. Celui de LeBron James, celui de Kyrie Irving et celui de la récente addition Kevin Love. La situation du salary cap ? $58 millions occupés par ces trois joueurs là.

Ça laisse très peu de marge pour compléter l’effectif en sachant que les contrats de Dion Waiters, Tristan Thompson ou Anthony Bennett seront toujours présents. Grossièrement, cela ne laisserait aucune flexibilité aux Cavaliers. Aucune marge de manœuvre pour compléter l’effectif, si ce n’est les fameux contrats vétérans mis à disposition de chaque équipe.

Dans la situation contraire, mais similairement à la précédente, celle où Wiggins reste à Cleveland, le salary cap serait d’environ $57 millions, en comptant tous les joueurs déjà cités auparavant. Les Cavs n’ont là non plus l’opportunité de signer de gros agents libres pour renforcer leur effectif. Le contrat de LeBron prend $22 millions de dollars, celui de Kyrie environ $16 millions et le reste sera complété par Dion Waiters et Anthony Bennett ($5 millions chacun) et l’extension de Tristan Thompson (environ $7-8 millions).

Les deux situations présentent donc une équipe de Cleveland évidemment renforcée par rapport à l’an dernier mais dépourvue de marge de manœuvre financièrement. Garder Andrew Wiggins, dans son contrat rookie pendant quatre ans, représente un énorme avantage si les Cavaliers souhaitent s’offrir cette marge. N’oublions pas non plus que le contrat de Brendan Haywood peut faciliter les transactions.

Pour un joueur qui n’a pas encore joué un match de saison régulière en NBA, les discussions sont nombreuses. La patience est le mot d’ordre dans ce cas spécifique. Andrew Wiggins a tout à prouver et pour ce faire, il faudra lui laisser le temps de fouler les parquets de la grande ligue pour réellement juger de ses qualités et défauts.

L’effectif de Cleveland peut être modelé de différentes manières, de part la polyvalence des joueurs le composant. Cependant, la franchise n’a pas besoin de se précipiter, ni d’adopter une attitude désespérée pour attirer Kevin Love. Comme l’a dit Bunk McNulty (cliquez), les Cavaliers ont reçu un cadeau du ciel en obtenant Andrew Wiggins. Ils ont toutes les pièces nécessaires pour avancer et viser le titre. Avoir le meilleur joueur du monde aide certainement pour atteindre cet objectif.